Ateliers PATRIMOINES

A+ A- Aa
Partager cette page :

Patrimoines et tourismes : objets, théories et pratiques.

Responsable : Esteban Castaner Munoz
Responsables adjointes : Mireille Courrent, Anne-Marie Mamontoff
 

Cadre théorique 

La création de connaissances
Loin de constituer une simple curiosité, un artifice superflu, le Patrimoine est un élément d'authentification -d'authenticité comme le signale Lucie K. Morisset - essentiel à l'articulation des sociétés dans leur devenir historique. Le patrimoine, indissociable de sa signification première -l'héritage-, sert à structurer la société par rapport à son passé, à donner du sens à l'actualité historique par le mécanisme mémoriel dans toute sa complexité. Le Monument est bien plus qu'un agrément esthétique de la scène publique, c'est l'incarnation du passé dans le présent. Mais cette quête du passé ne saurait pas être comprise comme une pulsion nostalgique, l'historiographie récente nous le rappelle. Bernard Schiele parle des « trois temps du patrimoine » pour indiquer que la dynamique patrimoniale, enracinée dans le passé, est acteur du présent et instrument de conception de l'avenir.
Le domaine patrimonial est en expansion continue. Si par le passé la reconnaissance patrimoniale était associée au caractère exceptionnel de certains éléments culturels ou naturels, notre société contemporaine a fait entrer dans la catégorie patrimoniale ce qui nous est familier, quotidien, utilitaire, actuel, ce qui relève de l'immatériel et de l'imaginaire. La création contemporaine (tous supports confondus) accède à la sphère patrimoniale. La réalité toute entière -de la cathédrale à la petite cuillère, pour reprendre la formule de Nathalie Heinich - est susceptible d'être patrimonialisée. La connaissance patrimoniale s'impose à toute tentative d'analyse et de compréhension de l'environnement humain.
 
La médiation
Les processus historiques de démocratisation de l'enseignement d'abord, et de la culture ensuite, ont changé le public usager du patrimoine aussi bien d'un point de vue quantitatif que qualitatif. Si l'accès universel à la culture reste un chantier éternellement inachevé, les sociétés ont développé des institutions et des systèmes de divulgation et de médiation patrimoniale qui ont permis la spécialisation de dispositifs adaptés à des publics spécifiques : l'éducation « informelle » et les services pédagogiques en milieu patrimonial à l'attention du public scolaire, la multiplication de mécanismes d'accompagnement et de guidage conçus pour un public de masse et nécessairement hétérogène, le tourisme culturel… Ce devoir social de médiation et de communication culturelle ne cesse d'évoluer en lien directe avec les TICE : l'expographie virtuelle, l'édition numérique, les sites et supports d'échange culturel dématérialisées sont autant de domaines d'activité que d'objets de réflexion et de recherche en eux-mêmes.
 
L'activité économique
La dynamique sociale engendrée autour du patrimoine est indissociable de deux secteurs d'activité économique : l'industrie culturelle dans ses différentes branches d'une part, et le tourisme d'autre part. Les activités liées au patrimoine sont autant des services rendus à la communauté par les collectivités que des produits culturels proposés à un marché dynamique et en expansion.  L'offre culturelle nourrit un marché global très important et constitue un élément qualitatif majeur lié à la performance des destinations touristiques. Les sciences humaines sont appelées à dialoguer et à travailler avec les sciences économiques et de gestion. 
L'axe Patrimoine a vocation à tisser des liens étroits et des synergies entre la recherche fondamentale en Sciences Humaines et Sociales et la recherche appliquée dans les domaines de la protection patrimoniale, de la communication culturelle et de l'industrie touristique et culturelle. 
 

Structuration interne

L'AXE PATRIMOINES est organisé autour de 4 DOMAINES, déclinés en 8 Thématiques-équipes. Ces thématiques-équipes conduisent des projets et des actions.
 
I. HISTOIRE IMAGES REPRESENTATIONS IMAGINAIRES 
I.1. Histoire art représentations du social et du politique 
I.2 Théâtre et imaginaires littéraires
 
II.ESPACES ET ARCHITECTURES
II.1 Espaces de la production et du commerce 
II.1 Espaces de la production et du commerce 
 
III. TRANSMISSION ET DIFFUSIONS DES SAVOIRS
III.1 Traditions antiques : transmissions des savoirs
III.2 Ateliers d’artisans, ateliers d’artistes
 
IV.TOURISME ET MEDIATION
IV.1Processus de Patrimonialisation et muséologie
IV.2 Tourisme culturel : processus et stratégies de médiation
 
 

Instruments d’articulation opérationnelle de l’axe

1. Conseil de l’axe : Réunion plénière pour conduire la gouvernance de l’axe, déterminer la structuration de l’axe et son évolution, définir les positionnements stratégiques, valider le programme scientifique, gérer les crédits alloués, décider sur les candidatures de chercheur associé à l’axe. 
2. Equipe de coordination de l’axe : Constitué par le responsable de l’axe et les deux responsables adjoints. Ils représentent l’axe dans les conseils du CRESEM. Ils veillent à l’organisation et au fonctionnement des différentes activités de l’axe. Ils préparent les Conseils de l’axe.
3. Responsable de l’axe : coordination.
4. Séminaires internes : Réunions plénières à contenu scientifique : réflexion méthodologique, épistémologique et de prospective visant à développer les dynamiques interdisciplinaires.                         
5. Séminaires d’axe : Manifestations scientifiques ouvertes au public autour d’interventions de chercheurs extérieurs ou le l’axe en lien avec les thématiques (au moins 3 par semestre).
 
Partager cette page :

Mise à jour le 7 février 2018