Atelier OIKOS

A+ A- Aa
Partager cette page :
Présentation de l’atelier OIKOS
Atelier de recherche transversal en humanités écologiques


Mots clefs : Communs, corail, décolonial, écoanthropologie, écocritique, écoféminismes, écologie, écologies queers, écologie urbaine et péri-urbaine, écopoétique, écosiociologie, forêt, géopoétique, intersectionnalité, lagon, lagune, littoral, mer, montagne, océan, plage, postcolonial, pratiques sportives de pleine nature, régionalisme, spiritualités de la nature, transdisciplinarité
 

Responsable : Bénédicte MEILLON, MCF HDR

Responsables adjointes : Marie-Pierre RAMOUCHE, MCF / Marine DASSE, MCF

Inspiré au départ dans ses outils théoriques et conceptuels par l’émergence de l’écocritique et de l’écopoétique en pays anglophones, OIKOS s’est rapidement constitué autour d’un projet commun à la fois transdisciplinaire et nourri par des aires culturelles et géographiques variées. Croisant les méthodologies et savoirs venant des arts, des lettres et des sciences, notre atelier de recherche fédère des travaux à la pointe des humanités et des sciences écologiques. Faisant la part belle à des travaux en anglais, en espagnol et en français, les activités multilingues et multimédia d’OIKOS mettent en lumière les points de rencontre entre différentes formes d’arts (la littérature, le cinéma, la danse, la photographie, la sculpture, le street art, etc.) et de savoirs ayant pour dénominateur commun des approches intersectionnelles et transversales et/ou le préfixe et la dimension éco-. En d’autres termes, OIKOS étudie les liens qu’entretiennent les évolutions enchevêtrées des sociétés humaines et des milieux (naturculturels, urbains, péri-urbains et non-urbains) avec nos façons d’habiter le monde et de produire des gestes et des œuvres écopoétiques. En se penchant sur des pratiques diverses et des productions écopoétiques, OIKOS enquête sur les interactions, ou « intra-actions » (Karen Barad) nouant les milieux vivants à nos épistémologies et nos ontologies. Nos travaux de recherche visent à mettre en lumière comment les langages et les formes de la « nature » s’entrelacent dans la nature et les formes des langages et pratiques anthropiques. En nous focalisant sur le couplage entre perception et « environnement », nous analysons en particulier comment les formes et les représentations de la nature, à la fois conscientes et inconscientes, sont relayées, déconstruites, impactées, et dans bien des cas, rénovées et réinventées par nos récits et nos œuvres.


Avec une attention particulière portée aux cultures, pratiques, littératures et productions artistiques autres que celles des cultures dominantes dans le monde occidental, OIKOS fédère de nombreux travaux permettant de valoriser des apports émanant de groupes et de peuples minorisés. Aussi se recoupent au sein d’OIKOS les approches postcoloniales et décoloniales, écoféministes (dans toute leurs déclinaisons), régionalistes et néo-régionalistes, les questions de justice environnementale et les apports de l’éco-anthropologie et de la sociologie notamment. En outre, les approches mythocritiques et mythopéiques sont au cœur de nos travaux. OIKOS a conceptualisé dès 2016 une plateforme dédiée à la recherche en écopoétique : https://ecopoetique.hypotheses.org/. Rattaché au CRESEM, OIKOS travaille avec des membres d’autres laboratoires (ART-Dev, le CEFFEM, le CRIOBE, Espace-Dev, l’IRD, le CNRS, le CAS à Toulouse, etc.), participe à un GIS Théorie et Pratiques de Care basé à Montpellier, et est impliqué dans l’Axe 4 de la FREE de l’UPVD.


OIKOS a porté un gros programme de recherche sur différentes facettes d’une écopoétique du réenchantement de 2015 à 2022 (voir détail des colloques et publications en ligne) dans une diversité de milieux (urbains, ruraux, sylvestres, de montagne, du littoral, etc). De 2022 à 2026, OIKOS s’est principalement engagé dans une thématique bleue, soit dans ces recherches transdisciplinaires en lien avec les milieux, les identités, les récits, paysages (visuels, mais aussi sonores, haptiques, olfactifs, etc.), les façons d’habiter, les savoirs et pratiques, la perception et les productions artistiques ancrés dans la mer, le littoral et les océans. OIKOS reste particulièrement mobilisé pour encourager le développement de pratiques innovantes de la recherche et de la diffusion des savoirs (notamment par la recherche-création, des actions hors-les-murs de l’Université et une recherche en immersion au carrefour des spécialités), le croisement des disciplines et méthodologies, l’inclusion de chercheures et chercheuses travaillant dans des domaines émergent.e.s ainsi que la valorisation de travaux réalisés par des artistes et de jeunes chercheuses et chercheurs.


Transposées en chiffres, les activités au sein d’OIKOS depuis 2015 représentent :

61 conférences animées par des « chercheureuses » et/ou des artistes

3 colloques internationaux (2 avec une centaine d’intervenant.e.s et 1 à Cerisy) et 1 national

2 journées d’études d’envergure nationale et internationale (dont 1 en partenariat avec Milan)

13 expositions et performances de photographie, street-art, vidéo-danse, danse, sculpture etc.

5 projections débats en centre-ville en partenariat avec les cinémas locaux

2 thèses et une HDR soutenues, 6 thèses en préparation (dont 4 financées, 2 ED et 2 autres)

5 grosses publications collectives internationales + 2 à paraître en 2023 issues de nos travaux

2 monographies

Le Congrès international d’EASLCE « Sea More Blue » en préparation pour juin 2024.


OIKOS fonctionne depuis 2015 grâce à son rattachement à l’UPVD et à de nombreux partenariats avec la Région Occitanie, le Conseil Départemental 66, la Mairie de Perpignan, le Conseil du Développement Durable, La Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, la Réserve Nationale Naturelle de la Massane, EASLCE, le LARCA, le GIS théories et pratiques du Care (Montpellier), l’Université de Floride et ICC (Imagining Climate Change), l’IFREMER, Le CNRS, L’Université du Sacré Cœur à Milan, EASLCE, Urban Artup, La Libraire Cajélice et la Libraire Torcatis, L’Institut Jean Vigo et le Cinéma le Castillet. D’autres collaborations sont en construction notamment avec Visa pour L’image, Performing Water, le GIECO et l'Université Complutense (Madrid), l'Université de Pau, l'Université de Cuernavaca (Mexique). 

Lien vers le site Hypothèses : https://ecopoetique.hypotheses.org/a-propos

Partager cette page :

Mise à jour le 27 janvier 2023